Tutorat – Souffrance liée au travail

Trace en rapport avec la séance de tutorat du 24 septembre 2015

Durant cette séance, nous avons évoqué la souffrance au travail, qui touche de plus en plus de salariés et donc de patients. C’est un problème de santé publique majeur, pour lequel il existe des solutions. Pour autant, il est parfois difficile pour le patient d’en parler à son médecin et pour le médecin de savoir détecter cette souffrance.

Il existe plusieurs manières d’évaluer la souffrance au travail, notamment le score de burn out, qui est un test comprenant 22 questions.
Exemples de questions du MBI « Maslach Burn Out Inventory » :
1) Je me sens émotionnellement vidé(e) par mon travail
2) Je me sens à bout à la fin de ma journée de travail
3) Je me sens fatigué(e) lorsque je me lève le matin et que j’ai à affronter une autre journée de travail
4) Je peux comprendre facilement ce que mes patients/clients/élèves ressentent
Il est possible de répondre aux questions selon plusieurs grades « jamais », « quelques fois », « une fois par mois » etc…

Lorsque la souffrance est trop importante, le médecin prescrit un arrêt de travail, qui peut générer chez le patient une anxiété réactionnelle, liée à la peur des représailles ou de la réaction de son patron et de ses collègues de travail.

Les médecins généralistes doivent se mettre en lien avec la médecine du travail, notamment pour organiser dans certains cas un reclassement professionnel ou bien une mutation.
Egalement, le lien avec des psychologues doit facilement se faire.

Parfois, la souffrance est telle qu’un traitement antidépresseur est nécessaire. Il faut également penser à réaliser un dossier MDPH si besoin.

Il existe des métiers et des personnalités à risques : Les militaires, les enseignants et… les médecins !