Cours – Dysfonctionnement familiaux

Trace en rapport avec le cours du 10 décembre 2015 : Dysfonctionnement familiaux

Les médecins sont confrontés à des changements sociaux et culturels concernant la famille. En effet, le modèle dominant (un couple et un ou plusieurs enfants) évolue et il y a dorénavant l’apparition de familles libertaires, recomposées, monoparentales, homosexuelles etc…

Le cycle de vie est composé de :
– Des évènements de vie stressants : C’est la naissance, le sevrage de l’allaitement, l’adolescence, le mariage etc…
– Et des éléments perturbants le cycle

Les facteurs de dysfonctionnement sont nombreux : L’inceste, les addictions, la double vie, les deuils non faits, les morts violentes, le déracinement, les mésalliance.

Pour le médecin, il y a plusieurs occasions pour intervenir : Un enfant agité ou trop calme doit faire réagir. Egalement, les conflits ouverts, la demande de conseils, les signaux symptômes, l’anxiété, la dépression, la somatisation, les accidents et conduite à risque. Tout changement doit attirer l’attention.

Les moyens pour agir : Favoriser la parole, aider à la résolution des conflits, lever le secret (pas toujours), pointer les identifications, les répétitions, repérer les enfants symptômes.

Les avantages d’une intervention : La confiance acquise, le fait d’être un référent extérieur, un tiers impartial, pouvoir confronter les points de vue, connaître la structure familiale, les secrets et les non dits.

Les inconvénients : Tenir la bonne distance est difficile, ne pas rentrer dans une moralisation également. Il y a des risques de prendre parti, de manipulation, d’avoir des à priori et de trahir le secret.