Cours – Patients difficiles

Cours “Patients difficiles” du 19 Février 2015

I – Qui sont-ils ?

Ces patients sont ceux qui :
– Multiplient les consultations
– Ont souvent déjà été voir plusieurs spécialistes
– Ont des ordonnances vastes
– Font face à un rejet très souvent de la part du médecin

On distingue 4 types :
– Les “crampons” qui sont très dépendants du médecin
– Les “ayant-droits” qui disent au médecin ce qu’ils veulent et ce qu’il faut faire
– Les “manipulateurs” qui rejettent toute proposition d’aide
– Les “auto destructeurs” qui sont dans le déni

Ils ont trois façons de penser leur santé :
– Le contrôleur interne : Qui en temps normal n’est jamais malade, irréprochable
– Le contrôleur externe : Il est fataliste
– Le donneur de pouvoir : Il est passif et délègue tout au médecin, applique à la lettre ce qu’il va lui prescrire.

Le plus souvent, voilà le profil de ces patients :
– Femme
– 40 ans
– Solitaire
– Syndrome dépressif et / ou anxieux
– Crainte d’une atteinte organique +++

Ce type de patient sont spécifiques à la médecine générale de part sa globalité.

Ils peuvent entraîner 5 problèmes principaux :
– La perte de structure de la consultation
– La peur de la perte de contrôle
– L’ennui et l’irritation
– Le sentiment d’impuissance
– La mise en cause de la compétence

II – Côté médecin :

Le médecin peut lui aussi avoir ses propres problèmes de burn out, d’alcool, de drogue…
Certains médecins sont intolérant à un type de patient ou à un type de problème.
D’autres médecins peuvent avoir tendance à produire de la dépendance et renforcer ce genre de patients.

III – Quoi faire ?

– Il est très important d’en parler : Cf l’effet hawthorne dans les études à ce sujet
– Usage de la communication verbale et non verbale
– Construire l’ordre du jour = Hiérarchiser
– Contrôler et structurer la consultation
– Responsabiliser le patient
– Limiter le nombre d’examens et le recours aux spécialistes
– Partager le pessimisme des fatalistes
– Avoir de l’empathie avec les patients dans le déni
– Suggérer que des symptômes physiques peuvent venir d’un problème psychologique.

Certains acronymes existent chez les anglais par exemple : SCORES
– Silence
– Clarification
– Opened-ended question
– Reflexion
– Empathie
– Summarise