Trace – Evaluation de l’activité des internes liée aux appels intra hospitaliers durant la garde

Au cours de mon stage aux urgences, j’ai participé avec le Dr Attia Delphine à une étude, permettant d’évaluer l’activité des internes liée aux appels intra hospitaliers durant la garde.
Cette étude a été présentée au congrès de la Société Française de Médecine d’Urgence (SFMU).
Au cours des gardes aux urgences, nous (les internes) disposons d’un téléphone (DECT) grace auquel les infirmières se trouvant dans les différents services de l’hôpital peuvent nous joindre pour obtenir un avis médical alors que les médecins de leurs services sont absents pendant ces plages horaires. Ceci permet d’assurer la permanence des soins au sein de l’hôpital.
Partant du constat que l’interne était très souvent sollicité par le biais de ce téléphone, cette étude avait pour but d’évaluer le retentissement des appels sur l’activité des internes de garde. Cette étude est monocentrique, prospective, observationnelle et réalisée aux urgences. Pendant 2 mois, tous les appels sont répertoriés, ainsi que l’heure d’appel, le départ et retour de l’interne, le motif, le devenir du patient. Le critère principal était le temps passé par l’interne dans le service appelant.
Les résultats ont permis de montrer qu’en moyenne, les internes pouvaient passer plus d’une heure hors du service d’urgence pour gérer les appels intra hospitaliers. De plus, certains appels, souvent réglés par téléphone, sont rarement de vrais urgences et pourraient être anticipés hors période de garde. Des procédures transersales interservices pourraient être établies afin de prévenir des problèmes récurrents qui perturbent l’activité médicale au service d’urgences (rédaction de protocole de prescription d’antalgiques, d’anxiolytiques ou d’adaptation d’anticoagulants…)